Réactivité et communication : les 2 clés de l’efficacité pour les recruteurs

multiplient pour faire état du nombre croissant de postes vacants que les recruteurs ont de plus en plus de mal à pourvoir.

Ce manque de candidat(e)s concernait déjà les populations cadres puisque le plein emploi y est de vigueur avec moins de 5% de chômage depuis plusieurs années.

Mais récemment, la baisse du chômage toutes populations confondues, a débouché sur un contexte de pénurie plus généralisée.

Le chômage baisse et par conséquent la pénurie de candidat(e)s augmente.

Pour pallier cette difficulté les recruteurs doivent faire évoluer leurs pratiques se plier de plus en plus aux attentes, voire aux exigences, des candidat(e)s.

Certains types de candidats étant archi-sollicités, il convient en premier lieu d’être très réactif dans la prise de contact avec eux. Les candidatures sont en effet de plus en plus volatiles et il n’est pas rare que la « durée de vie » de certaines n’excède pas quelques jours, voire quelques heures en IT.

Quand il identifie une candidature qui correspond à son besoin, un recruteur doit donc prendre contact dans la foulée avec le candidat et enclencher aussitôt le process de recrutement dont il s’efforcera d’ailleurs de raccourcir au maximum la durée.

C’est à ce titre uniquement qu’il pourra être compétitif vis-à-vis des autres recruteurs en lice car il s’agit en effet très souvent d’une course contre la montre.

La seconde parade pour se donner les moyens de faire aboutir positivement un contact est de toujours communiquer très régulièrement avec les candidat(e)s en lice tout au long du process de recrutement.

Par très régulièrement, j’entends une fois par semaine a minima, même s’il n’y a rien de nouveau à annoncer.

En matière de recrutement comme dans d’autres domaines, il vaut en effet mieux occuper l’espace de l’information plutôt que de laisser le champ libre à l’imagination.

Quand ils ne sont pas tenus informés pendant un certain temps, les candidat(e)s pensent en effet souvent à tort ou à raison : « pas de nouvelle, mauvaise nouvelle » et il appartient au recruteur de faire bouger les lignes sur ce point.

Recruteurs, voici un petit mémo pour ne pas perdre de candidatures : « Contactez aussitôt et tenez informé dans le bon tempo ».